Lorsque nous sommes stressés, sans formation sur le fonctionnement du stress, il est très difficile d’être conscient que nous sommes stressants pour notre entourage. La relation hiérarchique aggrave ce phénomène.

Stress au tavailL’augmentation constante du niveau de stress dans les entreprises pèse d’une façon très négative sur le rendement et la qualité de travail exécuté. Il est source d’erreurs coûteuses, et de nombreux arrêts de travail de longue durée qui sont enregistrés sous la rubrique « dépression ».
Je me surprends à rêver d’une entreprise idéale ou les salariés seraient joyeux. Elles existent. On les appelle les « Entreprises Libérées. » Dans cette organisation du travail, la pyramide hiérarchique est inversée. Le management est à l’écoute et au service des besoins des collaborateurs. Ce sont eux qui élisent leur manager. Celui-ci arbitre et fait remonter les besoins et les idées à la direction qui, elle aussi, s’exprime en terme de besoin. Ainsi, au lieu de constater ce que nous appelons « le présentéisme, » terme qui indique que les collaborateurs sont là physiquement mais que le cœur n’y est pas, on trouve dans ce genre d’entreprise des salariés qui s’investissent et se sentent reconnus. Au lieu de se heurter à « l’aquabonisme » terme qui indique qu’ils se disent à quoi bon lorsqu’ils ne mettent plus leur créativité et leur enthousiasme dans l’entreprise, on observe que les personnes s’investissent sincèrement et dans une énergie positive. Ils s’y épanouissent. Ces entreprises existent déjà et indiquent un chemin plus humain que celui d’être obligé de créer des structures internes pour gérer les RPS.1

Nous sommes hélas encore confrontés à un certain déni sur ce sujet. Essentiellement du fait que les outils, pour en faire baisser le niveau, intimident. Mettre l’humain au centre des objectifs semble, pour beaucoup, une utopie, alors qu’il s’agit simplement d’étendre des principes de développement personnel à l’ensemble des collaborateurs.
Les entreprises qui savent faire ce chemin deviennent très performantes sur les marchés. Les équipes se soutiennent mutuellement, elles sont solidaires et permettent de réduire cette course vers l’évolution de sa propre carrière qui crée une concurrence entre responsables. Investissons-nous sur la confiance et non la défiance.

Graphique StressDans les résultats de nos baromètres d’évaluation du stress, nous constatons que le niveau général de ce stress augmente. Il est en moyenne de 6 à 7 sur une échelle de 10. Dans ces mêmes entreprises, les niveaux de satisfaction et de confiance baissent : 4/10, ainsi que celui du manque de reconnaissance. Ce sont généralement les grandes entreprises, cotées en bourse, qui engendrent le plus de stress. La pression des actionnaires, exigeant des profits rapides, en est sans doute à l’origine. L’anonymat dans les relations hiérarchiques, l’absence de liens entre les hommes en est sûrement une autre. Nous observons que les entreprises familiales sont souvent dans une optique plus pérenne. Mais là encore la personnalité des dirigeants est un facteur qui agit directement sur la bonne pression managériale. Il ne s’agit pas simplement de communiquer sur ces nouvelles valeurs. Il va être indispensable d’apprendre aux salariés à appliquer ces nouvelles attitudes. Ils en ont besoin autant que leur entreprise !

Dans cette organisation du travail de plus en plus complexe et qui demande, pour réaliser les projets, une collaboration et une implication des services intra et externe à l’entreprise de plus en plus nombreux, la notion de délai devient une source de stress et même un diktat.

Chaby Langlois – Agence No Stress


1 RPS : Risques Psycho-Sociaux.